Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

PROCHAINS SPECTACLES

Arbon

arbon #1809 DEF DSC09796 ld

Le 9 mai à 21h00
Le café parisien
21210 SAULIEU
Réservations cafeparisien@wanadoo.fr
www.cafeparisien.net

Le 18 mai à 21h00
Acropolis Hill
7 rue Mousson ATHENES (Grèce)

Le 29 mai à 20h00
Quinze ans du Diable Vauvert
Rockstore
20 rue de Verdun 34000 MONTPELLIER

Le 6 juin à 20h30
Le caveau
42 grand'rue 57050 LORRY-LES-METZ
http://lecaveau.com.over-blog.com/

Le 16 juin à 20h30
New Morning
7-9 rue des petites écuries 75010 PARIS
www.newmorning.com

Le 8 août à 18h00
Festival Chansons et Mots d'Amou
Arènes 40330 AMOU
www.chansonsetmotsdamou.fr

contact : production@plasetpartners.com

La Fontaine / Brassens

Affiche-lafontaine-brassens 4faces carré

le 12 août à 21h30
83320 CARQUEIRANNE

le 11 septembre à 21h00
Festival Eclats
La Halle 26220 DIEULEFIT

Contact Diffusion : Jean-Luc Grandrie
SEA ART
86 rue de l'Ecole 77720 BREAU
Tel : 01.64.38.70.91 Port : 06.31.16.31.78
E-mail : seaart@wanadoo.fr / jl.grandrie@gmail.com

https://www.facebook.com/lafontainebrassens

Rechercher

Les albums

COVER IPAP arbonCD

 

arbon #1809 DEF DSC09796 ld Arbon cover light

« Les chansons d'Arbon sont intelligentes, fines, légères, secrètes, un peu comme la musique de Couperin, un peu comme du La Fontaine, un peu comme la poésie de Brassens. Et renouer avec cette tradition, avec une légèreté et une fraîcheur contemporaines, est d'une certaine manière un chef d'oeuvre. » (Michel Serres, de l'Académie française)

Archives

Avant de traverser les nuages

undefined

Depuis janvier 2008, ARBON vous invite à découvrir sur ce blog les fils qui relient ses chansons, sa vie, son travail d’auteur-compositeur, ses inspirations, ses humeurs, l’air du temps et la vie comme elle va… 
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 06:51
Hommage à H. Bassam

Camille et Simon Dalmais avaient pour père Hervé Dalmais, dit H. Bassam, du nom d'une ville proche d'Abidjan où il avait grandi. H. Bassam était un citoyen du monde et un très grand artiste. Mais plus qu'à son œuvre, il avait consacré sa vie à développer le talent des autres et à transmettre la flamme de la création. Il est mort il y a trois ans, en laissant un unique et magistral album, Places/Traces, qu'il venait de finir d'enregistrer.

Ses enfants savent ce qu'ils lui doivent. Alors Camille, en marge de sa prestigieuse carrière, et son frère Simon, qui lui aussi est chanteur et un remarquable musicien, ont décidé de lui rendre hommage, et de monter un spectacle où ils évoquent leur père et interprètent ses chansons. Entourés d'une demi-douzaine de musiciens qui ont tous joué sur l'album d'H. Bassam, ils nous offrent un exceptionnel voyage vers leurs origines, en visitant, de l'Afrique à la rue Daguerre en passant par Birmingham Alabama, les lieux chantés par leur père, qui sont aussi les leurs, et les nôtres, par la magie de leur art.

Hommage à H. Bassam est un concert très rare, qui n'a été donné que trois fois jusqu'ici. Camille et Simon veulent lui conserver son caractère intense et infiniment précieux. S'ils le donnent cet été à Amou pour son unique représentation de l'année, c'est parce que Claudine et moi avons bien connu leur père, dont nous avons été les amis.

NB : Ce blog est désormais transféré sur mon nouveau site : http://arbon.website

Merci de m'y rejoindre désormais. Vous pouvez vous y abonner à mes nouvelles publications, et / ou mettre ce nouveau lien en favori.

Repost 0
9 mai 2015 6 09 /05 /mai /2015 06:29
Avis aux Bourguignons

Je chante ce samedi soir au Café Parisien à Saulieu en Bourgogne. On y boit, on y mange, on y chante. Comme dirait l'autre : – What else ?

Café Parisien
Restaurant-Brasserie depuis 1832
4 rue du Marché
21210 SAULIEU
09 52 40 59 52

NB : Je transfère ce blog sur mon nouveau site : http://arbon.website

Merci de m'y rejoindre désormais. Vous pouvez vous y abonner à mes nouvelles publications, et / ou mettre ce nouveau lien en favori.

Repost 0
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 06:58

C'est un cadeau inattendu, et pour tout dire extrêmement émouvant. Daniela Mastrandrea, une jeune compositrice et pianiste italienne, dont nous avons fait la connaissance le mois dernier à Bari, nous a offert un morceau pour piano et violoncelle qu'elle a écrit à notre intention. Il porte nos noms, Claudine et Jean-Pierre, et la jolie indication danzante.

Juste après notre rencontre, Daniela avait eu la gentillesse de prendre le temps d'apprendre quelques unes de mes chansons, de répéter avec moi, et de m'accompagner lors de mon deuxième concert, avec infiniment de délicatesse et de subtilité.

Repost 0
10 avril 2015 5 10 /04 /avril /2015 06:25

Je suis passé voir mes parents en sortant d'une répétition. Comme j'avais ma guitare avec moi, nous nous sommes lancés dans quelques classiques de la chanson française. Papa s'est précipité sur son ordinateur pour trouver les versions originales, Maman s'est concentrée du mieux qu'elle a pu pour retenir les paroles de Plaisir d'amour et de Syracuse, qui, à peine dites, lui échappaient.

Nous en venons à la Complainte de la butte, que chantaient Mouloudji, et Cora Vaucaire.
- Qui a écrit cette chanson ? demande Maman.
Comme j'ai la partition sous les yeux, je lui réponds : - Jean Renoir et Georges van Parys.
- Tu l'as connu, Jean Renoir ?
- Non, il est mort depuis longtemps.
- Mort ? Même quand il écrivait la chanson ?
Je ris. - Ben non, évidemment.
- Alors ne dis pas n'importe quoi !

Maman a l'air de penser que je suis devenu un personnage considérable dans la chanson. Quand nous finissons Que reste-t-il de nos amours ?, elle interroge :
- Qui chantait cette chanson ?
- Charles Trénet.
- Il t'avait entendu la chanter ?
- Bien sûr que non, Maman.
- Ah !... Alors... Alors qui la lui avait apprise ?

Repost 0
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 07:40

On n'emploie plus guère le mot de récital, ni celui de tour de chant, pour désigner un spectacle composé de chansons simplement interprétées, en public, sans chorégraphie ou grands jeux de lumières.

Aussi ce fut un plaisir inattendu de découvrir que les soirées que j'ai données lors de notre récent séjour en Italie, dans les Pouilles, étaient qualifiées sur le programme de récitals. (C'est peut-être parce qu'ils sont postés légèrement à distance de l'évolution de notre langue que les étrangers savent encore employer le mot juste, en négligeant son caractère désuet.)

Mais le vrai plaisir a été de me confronter à un répertoire que je n'avais jamais chanté en concert : Göttingen, Syracuse, Les feuilles mortes, La bohême, Que reste-t-il de nos amours, La complainte de la butte, La javanaise, La vie en rose... Autant de joyaux que je me suis appropriés avec gourmandise, sans complexe, heureux de partager avec des Italiens délicieusement francophiles quelque chose de l'âge d'or de notre chanson.

Repost 0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 07:08

Sept courriels de mélancolie :

Le premier envoyait des fleurs

Le troisième était rêverie
Le quatrième sans rancœur
Le cinquième émettait des doutes
L'avant-dernier faisait naufrage
Quant au septième il se jetait
Dans la corbeille des nuages

Le second qui brûlait d'amour
A sommeillé dans mes brouillons

 

Repost 0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 07:23

Jérôme Savary avait déclaré un jour, dans un élan de sincérité : « J'ai toujours dit que je refusais les subventions quand personne ne songeait à m'en proposer. Mais quand on m'en a proposé, j'ai couru ventre à terre, parce qu'on ne peut pas faire du théâtre de qualité sans subvention. »

Eh bien, c'est la même chose pour notre festival, sauf que nous n'avons jamais dit que nous ne voulions pas être aidés. Chansons et Mots d'Amou a besoin de subventions, de sponsors et de mécènes pour pouvoir offrir à son public des spectacles de qualité accessibles à tous. Le financement d'une manifestation comme la nôtre obéit à une recette simple : 1/3 d'argent public (collectivités locales et sociétés civiles), 1/3 de sponsoring, 1/3 de billetterie.

Il s'en trouvera toujours pour penser qu'il est malsain de ne pas équilibrer sur les seules recettes d'exploitation, et que l'argent public, ou même privé, n'a rien à faire là-dedans. Je leur rappellerai juste que Churchill, lorsqu'on lui avait proposé de couper dans le budget de la culture pour soutenir l'effort de guerre, avait répondu : « Mais alors, pourquoi nous battons-nous ? »

(Notons que les premiers qui donnent, dans cette affaire, sont les membres de l'association, qui se mobilisent de façon entièrement bénévole, sans jamais compter, pour certains, ni leur temps ni leur savoir-faire.)

Repost 0
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 07:54

Pauline-Carton--J-Dutronc--D-Gilbert.png

Merci à Gilbert Lafaille d'avoir récemment exhumé, sur sa page Facebook, ce splendide moment de télévision à l'ancienne : une interview de Pauline Carton par Danièle Gilbert, en présence de Jacques Dutronc.

On y apprend que la comédienne a participé à l'écriture des paroles de Sous les Palétuviers, et que c'est à elle qu'on doit le vers « Aimons-nous sous l'évier », qui m'a toujours enchanté. Elle refuse d'y interpréter la chanson, mais à la place propose (vers 4mn 28s) un refrain du XVIIIè siècle, « une chanson très bien», qu'elle « aime beaucoup ».

Quand une dame pète au lit
Oui pète au lit
Elle a quatre jouissances :
Elle bassine son lit
Elle soulage son ventre
Elle entend son cul qui chante
Elle empoisonne son mari

Il n'a l'air de rien, ce petit texte, mais il est merveilleux : il vous fait rêver au temps des bassinoires, vous offre la poésie rustique d'un « cul qui chante », et vous évoque, en passant : la chaleur (le bien-être), le soulagement (l'assouvissement d'un désir), la musique (l'art), l'aspiration à des jours meilleurs (l'espérance), soit l'inventaire de tous les ordres du plaisir.

Repost 0
11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 06:28

Il y avait au moins deux ou trois ans que je n'avais pas été voir sur Deezer ce qu'il advenait de mes disques. Quantitativement, pas grand chose : au nombre d'écoutes, je suis à l'évidence dans les profondeurs du classement. Mais qualitativement, il y a du bon. J'ai fait une copie d'écran d'une partie des commentaires. Quand j'ai lu ce qu'avait écrit cet internaute au pseudo de Weiki, eh bien, ça m'a fait ma journée.

Deezer-mevt.png

Repost 0
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 06:23

chloe-lacan.jpg

Chloé Lacan a tout : les paroles, les musiques, la voix, l'instrument (un accordéon), l'humour, la tendresse, l'imagination, le sens du spectacle, deux musiciens formidables, la grâce, le métier. Je n'ai pas le souvenir d'une chanteuse qui m'ait ainsi "scotché" dès la première fois que je l'entendais sur scène, alors même que je ne connaissais aucune de ses chansons. Elle est tout simplement extraordinaire. Une sorte de Boris Vian mâtiné de Camille. Le top de ce qui peut se faire aujourd'hui dans ce métier.

Les gens ne s'y trompent pas. Un bouche-à-oreille flatteur la précède. Son unique concert, hier soir à l'Européen, était complet. Claudine et moi avons obtenu les deux dernières places. Pas mal de figures de la chanson française sont là, artistes et producteurs.

A l'entrée, dans la queue, reconnaissable entre toutes avec ses cheveux rouges et courts et sa haute stature, nous retrouvons Anne Sylvestre, que nous saluons. La personne auprès de qui on retire ses réservations lui demande : - Votre nom s'il vous plait ? - Sylvestre. L'autre plonge dans sa liste. - Je ne vous trouve pas... Vous avez un prénom ? Quelqu'un de la production intervient heureusement tout de suite, et règle l'affaire. Anne nous glisse, mi-surprise mi-amusée : - Leçon d'humilité, vous voyez...

Anne-SYLVESTRE.jpg

Repost 0