Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PROCHAINS SPECTACLES

Arbon

arbon #1809 DEF DSC09796 ld

Le 9 mai à 21h00
Le café parisien
21210 SAULIEU
Réservations cafeparisien@wanadoo.fr
www.cafeparisien.net

Le 18 mai à 21h00
Acropolis Hill
7 rue Mousson ATHENES (Grèce)

Le 29 mai à 20h00
Quinze ans du Diable Vauvert
Rockstore
20 rue de Verdun 34000 MONTPELLIER

Le 6 juin à 20h30
Le caveau
42 grand'rue 57050 LORRY-LES-METZ
http://lecaveau.com.over-blog.com/

Le 16 juin à 20h30
New Morning
7-9 rue des petites écuries 75010 PARIS
www.newmorning.com

Le 8 août à 18h00
Festival Chansons et Mots d'Amou
Arènes 40330 AMOU
www.chansonsetmotsdamou.fr

contact : production@plasetpartners.com

La Fontaine / Brassens

Affiche-lafontaine-brassens 4faces carré

le 12 août à 21h30
83320 CARQUEIRANNE

le 11 septembre à 21h00
Festival Eclats
La Halle 26220 DIEULEFIT

Contact Diffusion : Jean-Luc Grandrie
SEA ART
86 rue de l'Ecole 77720 BREAU
Tel : 01.64.38.70.91 Port : 06.31.16.31.78
E-mail : seaart@wanadoo.fr / jl.grandrie@gmail.com

https://www.facebook.com/lafontainebrassens

Rechercher

Les albums

COVER IPAP arbonCD

 

arbon #1809 DEF DSC09796 ld Arbon cover light

« Les chansons d'Arbon sont intelligentes, fines, légères, secrètes, un peu comme la musique de Couperin, un peu comme du La Fontaine, un peu comme la poésie de Brassens. Et renouer avec cette tradition, avec une légèreté et une fraîcheur contemporaines, est d'une certaine manière un chef d'oeuvre. » (Michel Serres, de l'Académie française)

Archives

Avant de traverser les nuages

undefined

Depuis janvier 2008, ARBON vous invite à découvrir sur ce blog les fils qui relient ses chansons, sa vie, son travail d’auteur-compositeur, ses inspirations, ses humeurs, l’air du temps et la vie comme elle va… 
28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 06:06

Metamorphose.jpg

sculpture de Maria-Luise Bodirsky

J'ai participé cette semaine à un colloque dont le thème était « métamorphose : se transformer soi-même pour changer le monde ». Le thème ne manquait pas de souffle, et la méthode consistait à réunir quelques personnes supposées avoir des choses à dire sur le sujet. On m'invite de temps en temps à des causeries de ce type, car on pense avoir affaire avec moi à un beau specimen de quelqu'un qui a "muté". C'est vrai et c'est faux. Suivant la perspective selon laquelle je considère la question, je peux dire qu'en quittant la vie d'entreprise pour la chanson j'ai en effet vécu une rupture radicale, mais je peux voir aussi tout ce qui est resté inchangé ou presque : mon physique, mon caractère, ma famille, ma maison.

La métamorphose n'est pas du tout dans la nature de l'homme. En tant qu'individus, nous ne sommes pas comme des asticots qui deviennent des mouches, ni des chenilles qui se transforment en papillons. Notre développement est amétabole, c'est-à-dire que nous naissons très semblables à ce que nous devons devenir. Tout est déjà là. Puis le milieu, les circonstances, le travail, la volonté, vont nous orienter, nous façonner, permettre à telle ou telle de nos potentialités de s'exprimer ou non. Chacun sait plus ou moins confusément que s'engager dans un processus de changement personnel, c'est lent, difficile, ascétique, et que les résultats en seront limités.

C'est la raison pour laquelle les désirs ou les rêves de changement humains se portent principalement sur la dimension sociale de l'existence. Changer le monde parait bien plus facile que de se changer soi. On élabore des théories, on conjecture des mécanismes, on se projette dans une complexité insaisissable, et on décrète que la métamorphose est « une invention de la Vie qui laisse s’effondrer, comme par inversion de son processus immunitaire, les formes de vie et de reconnaissance inadaptées à leur environnement, pour réveiller des "logiciels dormants", (ou déviants), qui vont puiser dans l’énergie d’effondrement, l’énergie nécessaire à la mise en place d’un "méta système" plus adapté à l’évolution de la vie » (François Plassard). Et hop !...

En clôture du colloque, Edgar Morin a déclaré qu'il gardait espoir en l'avenir de l'homme, car l'improbable restait toujours possible. Ces penseurs qui manient à la fois la catastrophe et le miracle sont pour la plupart sympathiques, mais ils m'ont toujours légèrement fatigué.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

muriel 30/05/2011 14:20


Il y a un point sur lequel je ne suis pas d'accord avec toi.
Tu dis que ton physique n'a pas changé. Or j'ai aperçu sur internet une photo de toi qui date d’avant ton virage vers la chanson, et je ne t'y reconnais pas. Non pas parce qu'il s'est passé quelque
10 ou 15 ans entre temps, mais parce tout, jusqu’à tes traits ou à ton expression me semblent avoir changé aujourd’hui. Ce portrait a, me semble-t-il, peu à voir avec celui qui nous accueille sur
ce blog. On dirait bien que l’homme a muté. Qu’il s’est métamorphosé pas à pas en lui-même (ne deviendrais-tu pas « toi (-même) en mieux » ?).
PS : mais bon, la photo était peut-être mauvaise !