Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

PROCHAINS SPECTACLES

Arbon

arbon #1809 DEF DSC09796 ld

Le 9 mai à 21h00
Le café parisien
21210 SAULIEU
Réservations cafeparisien@wanadoo.fr
www.cafeparisien.net

Le 18 mai à 21h00
Acropolis Hill
7 rue Mousson ATHENES (Grèce)

Le 29 mai à 20h00
Quinze ans du Diable Vauvert
Rockstore
20 rue de Verdun 34000 MONTPELLIER

Le 6 juin à 20h30
Le caveau
42 grand'rue 57050 LORRY-LES-METZ
http://lecaveau.com.over-blog.com/

Le 16 juin à 20h30
New Morning
7-9 rue des petites écuries 75010 PARIS
www.newmorning.com

Le 8 août à 18h00
Festival Chansons et Mots d'Amou
Arènes 40330 AMOU
www.chansonsetmotsdamou.fr

contact : production@plasetpartners.com

La Fontaine / Brassens

Affiche-lafontaine-brassens 4faces carré

le 12 août à 21h30
83320 CARQUEIRANNE

le 11 septembre à 21h00
Festival Eclats
La Halle 26220 DIEULEFIT

Contact Diffusion : Jean-Luc Grandrie
SEA ART
86 rue de l'Ecole 77720 BREAU
Tel : 01.64.38.70.91 Port : 06.31.16.31.78
E-mail : seaart@wanadoo.fr / jl.grandrie@gmail.com

https://www.facebook.com/lafontainebrassens

Rechercher

Les albums

COVER IPAP arbonCD

 

arbon #1809 DEF DSC09796 ld Arbon cover light

« Les chansons d'Arbon sont intelligentes, fines, légères, secrètes, un peu comme la musique de Couperin, un peu comme du La Fontaine, un peu comme la poésie de Brassens. Et renouer avec cette tradition, avec une légèreté et une fraîcheur contemporaines, est d'une certaine manière un chef d'oeuvre. » (Michel Serres, de l'Académie française)

Archives

Avant de traverser les nuages

undefined

Depuis janvier 2008, ARBON vous invite à découvrir sur ce blog les fils qui relient ses chansons, sa vie, son travail d’auteur-compositeur, ses inspirations, ses humeurs, l’air du temps et la vie comme elle va… 
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 07:07

Quand elle ne dort pas, Maman prend des notes. Une sorte de journal rudimentaire, très succinct, très factuel.

Mettant l'autre jour de l'ordre dans ses papiers, j'ouvre au hasard un de ses cahiers, et je trouve ces lignes :
Mercredi, 23h40. J'ai pris 1/4 de Lexo. Je bâille tranquillement. Je ne veux rien prendre de plus car je ne souffre pas. Je devrais être plus régulière dans mes notes. Albert a regardé le foot, j'ai parcouru Le Monde : "Qu'est-ce que le djihadisme ?". Je bâille et j'éteins.

Quand on voit le mal que se donnent Daech, Al Qaida et consorts pour semer la terreur, pourvu qu'ils ne tombent pas sur ces lignes. Ça leur casserait le moral.

Repost 0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 07:08

Sept courriels de mélancolie :

Le premier envoyait des fleurs

Le troisième était rêverie
Le quatrième sans rancœur
Le cinquième émettait des doutes
L'avant-dernier faisait naufrage
Quant au septième il se jetait
Dans la corbeille des nuages

Le second qui brûlait d'amour
A sommeillé dans mes brouillons

 

Repost 0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 07:18

Elle se couche de plus en plus tard. A une heure imprécise de la nuit, je l'entends se glisser dans le lit. Elle allonge son corps contre le mien, m'enveloppe doucement d'un de ses bras, respire à peine. Ce qui va se passer par la suite dépend en grande partie de moi. Ou bien je ne bouge pas et fais mine de dormir, et je vais attendre pendant de longues minutes que son souffle s'arrondisse dans le sommeil. Ou bien je me tourne vers elle, l'accueille dans ma chaleur, et là, comme si j'étais Morphée lui-même, elle va partir presque instantanément pour le pays des rêves.

Repost 0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 07:18

https://vimeo.com/110344892

Voici trois films publicitaires pour des marques célèbres. Augustin en a retiré les bandes-son originales, et les a remplacées par d'autres, de sa composition. Tout ce qu'on entend est de lui : la musique, les bruitages, les effets sonores.

https://vimeo.com/117382441

Ces trois films constituent des démos du travail qu'il est capable de faire, en tant que musicien et ingénieur du son, pour concevoir et réaliser des ambiances sonores qui collent exactement aux images et aux contraintes de temps qu'elles imposent. Ils font partie de son "book".

https://vimeo.com/120486277

Augustin est à la recherche de contacts dans le monde de la pub ou du cinéma. Je lance donc un appel aux lecteurs ou lectrices de ce blog qui pourraient l'aider à rencontrer des personnes appartenant à ces milieux, et les prie de se faire connaître via ce blog ou de se mettre directement en rapport avec lui par Facebook ou Linkedin.

Avec tous mes (nos) remerciements !

Repost 0
Published by arbon
commenter cet article
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 07:06

La Birmanie est le pays le plus bouddhiste au monde. Elle compte un nombre considérable de moines dans sa population. Ces moines vivent de ce que les gens leur donnent. Chaque jour, à heure fixe, précédés de cloches, ils sortent de leurs monastères et arpentent les rues des villes et des villages dans une sorte de procession. Les habitants les attendent sur le pas de leur porte avec une offrande, généralement un bol de riz chaud. Mais n'allez pas dire que les moines demandent l'aumône : non, ils ne font que donner quotidiennement à chacun l'occasion d'accomplir une bonne action.

Romain a vécu un an et demi en Birmanie. Il en est rentré à la fin du printemps dernier. Il y a laissé des amis. L'un d'eux, un néo-zélandais, a voulu ouvrir une sorte de club, où l'on pouvait écouter de la musique. Il en a dessiné le logo : un Bouddha avec des écouteurs. Ça n'a pas plu aux autorités. Il est en prison pour six mois, après quoi il sera expulsé du pays.

© Michael Tarin

On ne rigole plus avec les images pieuses, de nos jours.

Repost 0
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 07:31

La culture est-elle un bien ? C'est le point de vue commun en Europe. Mais ce n'est sans doute pas si évident que cela. La culture suppose l'esprit critique : elle incite les humains à penser par eux-mêmes, et à exercer leur intelligence sans a priori. Donc, elle conduit à remettre en cause les croyances et les dogmes. Aux yeux de certains, l'homme franchit là une limite interdite : il se met à une place qui ne doit être occupée que par Dieu.

L'Europe a mis deux ou trois siècles à passer du Moyen-Age aux Lumières. On pensait naguère que ces lumières se répandraient partout, et qu'il n'y aurait pas de retour en arrière, mais en l'espace de quelques jours, on vient de voir brûler des instruments de musique en Lybie, au motif qu'ils seraient contraires à la loi islamique, on vient d'entendre un religieux saoudien (dans une intervention qui vaut son pesant de cacahuètes) démontrer que la Terre ne tournait pas autour du soleil, on vient de voir détruire des statues assyriennes millénaires au musée de Mossoul, parce qu'il s'agissait d'idoles.

Ce combat contre l'intelligence prend, naturellement et inévitablement, des airs de bêtise triomphante. Voyez ces types armés jusqu'aux dents qui mettent le feu à des grosses caisses : je ne peux pas m'empêcher de voir leur côté bouffon. Je ne peux pas m'empêcher, en dépit de toute leur haine des autres et de soi, et malgré les massacres renouvelés d'innocents auxquels par ailleurs ils se livrent, de les trouver, aussi, comiques.

Repost 0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 07:23

Jérôme Savary avait déclaré un jour, dans un élan de sincérité : « J'ai toujours dit que je refusais les subventions quand personne ne songeait à m'en proposer. Mais quand on m'en a proposé, j'ai couru ventre à terre, parce qu'on ne peut pas faire du théâtre de qualité sans subvention. »

Eh bien, c'est la même chose pour notre festival, sauf que nous n'avons jamais dit que nous ne voulions pas être aidés. Chansons et Mots d'Amou a besoin de subventions, de sponsors et de mécènes pour pouvoir offrir à son public des spectacles de qualité accessibles à tous. Le financement d'une manifestation comme la nôtre obéit à une recette simple : 1/3 d'argent public (collectivités locales et sociétés civiles), 1/3 de sponsoring, 1/3 de billetterie.

Il s'en trouvera toujours pour penser qu'il est malsain de ne pas équilibrer sur les seules recettes d'exploitation, et que l'argent public, ou même privé, n'a rien à faire là-dedans. Je leur rappellerai juste que Churchill, lorsqu'on lui avait proposé de couper dans le budget de la culture pour soutenir l'effort de guerre, avait répondu : « Mais alors, pourquoi nous battons-nous ? »

(Notons que les premiers qui donnent, dans cette affaire, sont les membres de l'association, qui se mobilisent de façon entièrement bénévole, sans jamais compter, pour certains, ni leur temps ni leur savoir-faire.)

Repost 0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 07:38

Matthias Vincenot est poète. C'est un être sensible, rêveur, subtil, comme les poètes l'ont toujours été. Mais c'est aussi un homme incroyablement dynamique et entreprenant : créateur de Chansons en Sorbonne et du festival Déc'Ouvrir en Corrèze, programmateur de très nombreuses soirées de poésie, il est aussi secrétaire de l'Académie Charles Cros. Pour la poésie et la chanson, Matthias est infatigable.

Il y a quelques mois, il a pris l'initiative, avec un petit éditeur indépendant, de publier ce qu'ils ont appelé un Almanach insolite. Il a demandé des contributions à plus de trois cents auteurs, poètes et chanteurs, pour composer un livre d'une diversité surprenante, où chaque jour de l'année est illustré par un texte original. Je fais partie du nombre des auteurs, et j'apparais dans l'ouvrage à la date – idéale – du 24 décembre.

Mais bien que toutes les contributions aient été bénévoles, le livre a coûté cher à produire, car il est épais et abondamment illustré. Il faut donc, pour le rentabiliser, que l'essentiel du tirage soit vendu. Il semblerait qu'on n'en prenne pas exactement le chemin. En conséquence, les éditions Mines de rien risquent de devoir arrêter leur activité.

Je participe donc bien volontiers à la campagne de pub pour laquelle Mathias mobilise ses amis : achetez l'Almanach insolite ! Il se lit comme un vrai livre, il est perpétuel et ne se périme donc jamais, c'est une excellente idée de cadeau, et – cerise(s) sur le(s) gâteau(x) –, contient cinquante deux recettes de cuisine (une par dimanche). A vos libraires !

L'Almanach insolite, éditions Mines de rien, 30€

Repost 0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 07:55

Puisque j'évoquais hier le poète japonais Kobayashi Issa, je m'en voudrais de ne pas partager ici trois de ses haïkus, dont la variété montre l'étendue éblouissante de sa palette, qui va de la nostalgie :

me suis retourné
mais déjà passait la belle
là-bas sous les saules

à la truculence :

d’un pet de cheval
tiré du sommeil j’ai vu
des lucioles en vol

jusqu'à une sublime et déconcertante ironie :

Ah ! le papillon
volant comme si le monde
n’avait aucun but

Haikus calligraphiés par Issa

 

Repost 0
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 07:25

Bob Marley (1945-1981), le maître du reggae, disait : « L'argent, c'est des nombres, et les nombres ne finissent jamais. Si c'est l'argent qui fait le bonheur, alors la quête du bonheur ne s'arrête jamais ».

Kobayashi Issa (1763-1828), le maître du haiku, remarquait :  « Ceux qui croient que seule la foi peut apporter le salut et ne pensent à rien d'autre sont prisonniers du labyrinthe de leur propre volonté. Leur enfer tient à leur avidité de salut1. »

C'est amusant de rapprocher ces deux citations. L'avidité prend en effet toutes sortes de formes, matérielles et spirituelles. Toujours plus d'argent, toujours plus de pureté, ou toujours plus de pouvoir, ou toujours plus de femmes...

L'enfer c'est l'avidité. « Regrets sur quoi l'enfer se fonde » : Apollinaire ne dit pas autre chose. Que sont les regrets ? Une avidité rétrospective, l'envie de choses qu'on n'a pas saisies, le désir inassouvissable d'une vie qui n'a pas eu lieu.

1cité par Philippe Forest (Sarinagara, ed Folio p90)

Repost 0