Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PROCHAINS SPECTACLES

Arbon

arbon #1809 DEF DSC09796 ld

Le 9 mai à 21h00
Le café parisien
21210 SAULIEU
Réservations cafeparisien@wanadoo.fr
www.cafeparisien.net

Le 18 mai à 21h00
Acropolis Hill
7 rue Mousson ATHENES (Grèce)

Le 29 mai à 20h00
Quinze ans du Diable Vauvert
Rockstore
20 rue de Verdun 34000 MONTPELLIER

Le 6 juin à 20h30
Le caveau
42 grand'rue 57050 LORRY-LES-METZ
http://lecaveau.com.over-blog.com/

Le 16 juin à 20h30
New Morning
7-9 rue des petites écuries 75010 PARIS
www.newmorning.com

Le 8 août à 18h00
Festival Chansons et Mots d'Amou
Arènes 40330 AMOU
www.chansonsetmotsdamou.fr

contact : production@plasetpartners.com

La Fontaine / Brassens

Affiche-lafontaine-brassens 4faces carré

le 12 août à 21h30
83320 CARQUEIRANNE

le 11 septembre à 21h00
Festival Eclats
La Halle 26220 DIEULEFIT

Contact Diffusion : Jean-Luc Grandrie
SEA ART
86 rue de l'Ecole 77720 BREAU
Tel : 01.64.38.70.91 Port : 06.31.16.31.78
E-mail : seaart@wanadoo.fr / jl.grandrie@gmail.com

https://www.facebook.com/lafontainebrassens

Rechercher

Les albums

COVER IPAP arbonCD

 

arbon #1809 DEF DSC09796 ld Arbon cover light

« Les chansons d'Arbon sont intelligentes, fines, légères, secrètes, un peu comme la musique de Couperin, un peu comme du La Fontaine, un peu comme la poésie de Brassens. Et renouer avec cette tradition, avec une légèreté et une fraîcheur contemporaines, est d'une certaine manière un chef d'oeuvre. » (Michel Serres, de l'Académie française)

Archives

Avant de traverser les nuages

undefined

Depuis janvier 2008, ARBON vous invite à découvrir sur ce blog les fils qui relient ses chansons, sa vie, son travail d’auteur-compositeur, ses inspirations, ses humeurs, l’air du temps et la vie comme elle va… 
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 06:13


Tartares
par arbon

 

J'ai infiniment de réticence à commenter l'actualité, et plus encore l'actualité politique. Le sujet m'intéresse moyennement, et n'occupe qu'une place accessoire dans mon existence. Alors quand j'en parle, j'ai toujours l'impression d'ajouter du bruit au bruit.

Néanmoins, en ce lendemain de victoire du Front National aux élections européennes, j'y veux aller un peu de ma musique. Il est facile de s'indigner, de crier à la honte, et de blâmer la classe politique traditionnelle ou de s'en moquer. Je constate que seul le FN a porté le débat sur l'immigration comme un enjeu collectif majeur. Il en récolte les fruits. Les autres partis ont tous glissé le problème sous le tapis. Ambiguïtés, désaccords, malaises : personne n'a vraiment eu le courage de le traiter en tant que tel. Personne n'a approfondi la question.

Moi non plus. J'ai lu « Le Camp des Saints » de Jean Raspail il y a une bonne trentaine d'années. Ce roman1 saisissant, profondément dérangeant et aux accents prophétiques, je l'ai mis à l'écart de ma conscience : je l'ai traité, de facto, comme un tabou. Le livre décrit une immigration massive grouillante, dépersonnalisée, sans visage : et parce qu'elle est sans visage, elle gomme la personne humaine qu'est chaque immigrant. A ce titre, la gauche bien-pensante a jeté l'anathème sur le livre, alors que l'extrême-droite, au contraire, s'en emparait. Je ne suis pas surpris de le retrouver en bonne place dans la bibliothèque de Marine Le Pen.

Camp-des-Saints-Marine-Le-Pen.pngCe livre devrait être lu et débattu. Or voici comment le débat s'escamote : on colle sur les choses des étiquettes "bien" ou "mal" et l'on juge par idéologie et non plus sur le fond. Et le fond des choses, c'est qu'on ne sait pas concilier le particulier et le général, et que l'individuel est irréductible au collectif. Mais décrire une foule sans en détailler les personnes, cela suffit-il à disqualifier l'analyse de ce que provoque cette foule ? Et considérer chaque personne individuellement doit-il empêcher de considérer que la somme de ces personnes existe, et peut, par son ampleur, poser un problème ?

On ne veut pas être envahi, on veut avoir un "chez soi", et simultanément, on ne veut pas rejeter, on aime tendre la main. La contradiction est en nous. Elle nous fige. Humanisme contre protectionnisme. Ouverture contre priorité nationale. Europe contre France. Baiser contre glaive.

Est-il possible d'éviter l'engrenage ? Peut-être. L'Evangile, ici encore, est une des rares sources d'inspiration. « N'ayez pas peur », « aimez-vous les uns les autres ». Si ces paroles sont lumineuses, c'est parce qu'elles ne jugent pas : elles vont au-delà du bien et du mal. Aimer son prochain, ce n'est pas seulement aimer le migrant. C'est aussi aimer celui qui en a peur. Fraternité tous azimuts.


1 Dans le delta du Gange, un million de « miséreux » prennent d'assaut des cargos. Les immigrants voguent alors vers un Occident incapable de leur faire modifier leur route. Les bateaux s'échouent sur la Côte d'Azur, sous l'œil impuissant de pouvoirs publics désarmés. (Argument du livre, source Wikipedia)

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bertrand 28/05/2014 23:34

Est-ce avec cette sous-chanson que "tartare ta gueule à la télé"... ?

Gaillard 28/05/2014 21:54

belle réflexion merci de ces mots qui ne sont pas que du bruit.

cepheides 28/05/2014 19:32

Je suis parfaitement en accord avec ce billet. De plus, je pense, quant à moi, que la prise de conscience de nos politiques (hors FN) n'est certainement pas encore faite (mais peut-elle l'être ?).
Du coup, l'avenir de la droite nationale est relativement dégagé... et celui de l'Europe ultra-libérale plutôt compromis.