Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PROCHAINS SPECTACLES

Arbon

arbon #1809 DEF DSC09796 ld

Le 9 mai à 21h00
Le café parisien
21210 SAULIEU
Réservations cafeparisien@wanadoo.fr
www.cafeparisien.net

Le 18 mai à 21h00
Acropolis Hill
7 rue Mousson ATHENES (Grèce)

Le 29 mai à 20h00
Quinze ans du Diable Vauvert
Rockstore
20 rue de Verdun 34000 MONTPELLIER

Le 6 juin à 20h30
Le caveau
42 grand'rue 57050 LORRY-LES-METZ
http://lecaveau.com.over-blog.com/

Le 16 juin à 20h30
New Morning
7-9 rue des petites écuries 75010 PARIS
www.newmorning.com

Le 8 août à 18h00
Festival Chansons et Mots d'Amou
Arènes 40330 AMOU
www.chansonsetmotsdamou.fr

contact : production@plasetpartners.com

La Fontaine / Brassens

Affiche-lafontaine-brassens 4faces carré

le 12 août à 21h30
83320 CARQUEIRANNE

le 11 septembre à 21h00
Festival Eclats
La Halle 26220 DIEULEFIT

Contact Diffusion : Jean-Luc Grandrie
SEA ART
86 rue de l'Ecole 77720 BREAU
Tel : 01.64.38.70.91 Port : 06.31.16.31.78
E-mail : seaart@wanadoo.fr / jl.grandrie@gmail.com

https://www.facebook.com/lafontainebrassens

Rechercher

Les albums

COVER IPAP arbonCD

 

arbon #1809 DEF DSC09796 ld Arbon cover light

« Les chansons d'Arbon sont intelligentes, fines, légères, secrètes, un peu comme la musique de Couperin, un peu comme du La Fontaine, un peu comme la poésie de Brassens. Et renouer avec cette tradition, avec une légèreté et une fraîcheur contemporaines, est d'une certaine manière un chef d'oeuvre. » (Michel Serres, de l'Académie française)

Archives

Avant de traverser les nuages

undefined

Depuis janvier 2008, ARBON vous invite à découvrir sur ce blog les fils qui relient ses chansons, sa vie, son travail d’auteur-compositeur, ses inspirations, ses humeurs, l’air du temps et la vie comme elle va… 
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 06:07

Paco_Ojeda.JPG

Paco Ojeda

Lorsque j'ai débuté le métier de chanteur, parmi tous les avis et les conseils qui me furent dispensés, l'un de ceux qui me frappa le plus me fut donné par Marc Reynaud, un très grand connaisseur de l'art tauromachique, et lui-même l'un des meilleurs picadors français. Après avoir assisté à l'un de mes premiers spectacles, il me dit : « - C'est bien. Mais n'oublie pas : il faut cent arènes pour faire un toréro. »

Lorsqu'il parle de son travail d'artiste de scène, Frédéric Pagès cite les propos de Paco Ojeda, matador de Toros :
« J’ignore ce qu’est la multitude et je ne peux pas toréer pour les multitudes. Mille personnes, c’est déjà une multitude. Vingt également. On est sur le bon chemin lorsqu’il en reste deux ou trois. Si tu es seul avec le taureau, la vérité est là.
J’imagine que les écrivains travaillent dans la solitude. L’artiste a besoin de solitude. Son métier est très difficile. Il lui faut concilier ce qui est à l’extérieur et ce qui est à l’intérieur. Je ne sais pas si je m’explique bien : ce qui se trouve à l’intérieur, c’est notre émotion, et ce qui se trouve à l’extérieur, la compréhension que les autres en ont. Ce n’est pas le taureau qui me fait peur, c’est l’incompréhension. »

C'est sans doute cela, le véritable enjeu d'être en scène face à un public : parvenir à être seul sous le regard des autres, accéder à une vérité intime, la sortir de soi, l'exposer sans la trahir. Il faut maîtriser suffisamment son art pour que, dans son extériorisation, cette vérité reste pure, qu'on la montre sans l'exhiber, ni la contrefaire, ni avoir besoin de l'expliquer.

Cette crète infiniment étroite, il faut bien en effet cent arènes pour arriver à s'y tenir.

Frédéric Pagès est en concert au théâtre des Déchargeurs, 3 rue des déchargeurs à Paris 1er, les 15, 16, 22 et 23 juin à 19h30.

Partager cet article

Repost 0

commentaires