Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PROCHAINS SPECTACLES

Arbon

arbon #1809 DEF DSC09796 ld

Le 9 mai à 21h00
Le café parisien
21210 SAULIEU
Réservations cafeparisien@wanadoo.fr
www.cafeparisien.net

Le 18 mai à 21h00
Acropolis Hill
7 rue Mousson ATHENES (Grèce)

Le 29 mai à 20h00
Quinze ans du Diable Vauvert
Rockstore
20 rue de Verdun 34000 MONTPELLIER

Le 6 juin à 20h30
Le caveau
42 grand'rue 57050 LORRY-LES-METZ
http://lecaveau.com.over-blog.com/

Le 16 juin à 20h30
New Morning
7-9 rue des petites écuries 75010 PARIS
www.newmorning.com

Le 8 août à 18h00
Festival Chansons et Mots d'Amou
Arènes 40330 AMOU
www.chansonsetmotsdamou.fr

contact : production@plasetpartners.com

La Fontaine / Brassens

Affiche-lafontaine-brassens 4faces carré

le 12 août à 21h30
83320 CARQUEIRANNE

le 11 septembre à 21h00
Festival Eclats
La Halle 26220 DIEULEFIT

Contact Diffusion : Jean-Luc Grandrie
SEA ART
86 rue de l'Ecole 77720 BREAU
Tel : 01.64.38.70.91 Port : 06.31.16.31.78
E-mail : seaart@wanadoo.fr / jl.grandrie@gmail.com

https://www.facebook.com/lafontainebrassens

Rechercher

Les albums

COVER IPAP arbonCD

 

arbon #1809 DEF DSC09796 ld Arbon cover light

« Les chansons d'Arbon sont intelligentes, fines, légères, secrètes, un peu comme la musique de Couperin, un peu comme du La Fontaine, un peu comme la poésie de Brassens. Et renouer avec cette tradition, avec une légèreté et une fraîcheur contemporaines, est d'une certaine manière un chef d'oeuvre. » (Michel Serres, de l'Académie française)

Archives

Avant de traverser les nuages

undefined

Depuis janvier 2008, ARBON vous invite à découvrir sur ce blog les fils qui relient ses chansons, sa vie, son travail d’auteur-compositeur, ses inspirations, ses humeurs, l’air du temps et la vie comme elle va… 
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 06:05

Je pense à nos amis d'Inoï avec qui nous étions il y a un an exactement, et à la session qu'ils tiennent en ce moment même, à laquelle, malheureusement, nous n'assistons pas. Je les salue tous ici fraternellement, particulièrement Maurice et Cécile, et je reproduis ici les quelques mots que l'expérience partagée avec eux m'avait inspirés, et que j'avais prononcés devant eux à voix haute, le huitième et dernier jour. Ce petit texte est intitulé : Le voile bleu.

voile-bleu.jpg

Vent, chaleur, cigales.

 

Au matin du premier jour, un nuage est resté accroché à la montagne. On ne voit pas le sommet. Le mystère est en place. Quand la montagne finalement se dévoile, au-dessus d’elle, un autre voile : bleu.

 

Combien de voiles me séparent ainsi de Lui, ou du meilleur de moi-même ? Combien de « koshas », de couvertures ? Cinq ? Sept ? Combien de dalles de pierre de combien de tonnes y a-t-il peut-être à soulever ?

 

Je suis venu ici, je crois, en paix. Par amour, par amitié, par curiosité. J’offrais ce séjour à Claudine, nous avons rencontré de très belles âmes. Pour moi aussi (surtout ?) ce séjour s’est révélé être un cadeau.

 

« Le salut n’est pas tant affaire de rédemption et de suivre la Loi, que de guérison de l’âme » (Saint Ephrem). C’est curieux – ou présomptueux – ou suis-je complètement aveugle ? Je me sens en accord avec moi-même. J’aime la vie, je crois savoir la savourer. J’arrive à vivre en paix dans le présent. Alors guérir... Guérir quoi ?

 

Je n’ai pas besoin de Dieu pour expliquer le monde. Le monde est. Je ne le comprends pas. Pourquoi inventer un Dieu que je ne comprends pas plus ?

 

Au contact de Claudine, je reçois quelque chose qui me dépasse. Je vois qu’elle vit quelquefois dans une dimension à laquelle je n’ai pas accès. Elle a ce cœur véhément et généreux à côté duquel le mien est un nain. Une lumière violente l’éclaire, comme parfois les ténèbres la traversent. Ce qu’elle vit me semble ardent, confus, mystérieux. Je suis à l’écart, et heureux qu’elle m’accepte à ses côtés. Tout cela m’éclaire, par intermittence, comme les reflets d’un phare.

 

Tout à l’heure, au moment de la prière universelle, j’aimerais avoir le courage de dire devant elle, et mes compagnons : « Je prie pour que Dieu existe ».

 

Au matin du huitième jour, au-dessus de nous, et en moi, un voile bleu.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

cecile 16/07/2014 07:28

J'ouvre peu mon ordinateur en temps de session.juste coup d'oeil furtif et quelques messages de pensees cibles. J allais justement vous ecrire quelques mots.Jean Pierre et Claudine.Vos noms
reviennent souvent tout autant que vos visages.Plus qu' une simple coincidence, mystere et grace de proximite au travers du voile bleu.
cecile