Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PROCHAINS SPECTACLES

Arbon

arbon #1809 DEF DSC09796 ld

Le 9 mai à 21h00
Le café parisien
21210 SAULIEU
Réservations cafeparisien@wanadoo.fr
www.cafeparisien.net

Le 18 mai à 21h00
Acropolis Hill
7 rue Mousson ATHENES (Grèce)

Le 29 mai à 20h00
Quinze ans du Diable Vauvert
Rockstore
20 rue de Verdun 34000 MONTPELLIER

Le 6 juin à 20h30
Le caveau
42 grand'rue 57050 LORRY-LES-METZ
http://lecaveau.com.over-blog.com/

Le 16 juin à 20h30
New Morning
7-9 rue des petites écuries 75010 PARIS
www.newmorning.com

Le 8 août à 18h00
Festival Chansons et Mots d'Amou
Arènes 40330 AMOU
www.chansonsetmotsdamou.fr

contact : production@plasetpartners.com

La Fontaine / Brassens

Affiche-lafontaine-brassens 4faces carré

le 12 août à 21h30
83320 CARQUEIRANNE

le 11 septembre à 21h00
Festival Eclats
La Halle 26220 DIEULEFIT

Contact Diffusion : Jean-Luc Grandrie
SEA ART
86 rue de l'Ecole 77720 BREAU
Tel : 01.64.38.70.91 Port : 06.31.16.31.78
E-mail : seaart@wanadoo.fr / jl.grandrie@gmail.com

https://www.facebook.com/lafontainebrassens

Rechercher

Les albums

COVER IPAP arbonCD

 

arbon #1809 DEF DSC09796 ld Arbon cover light

« Les chansons d'Arbon sont intelligentes, fines, légères, secrètes, un peu comme la musique de Couperin, un peu comme du La Fontaine, un peu comme la poésie de Brassens. Et renouer avec cette tradition, avec une légèreté et une fraîcheur contemporaines, est d'une certaine manière un chef d'oeuvre. » (Michel Serres, de l'Académie française)

Archives

Avant de traverser les nuages

undefined

Depuis janvier 2008, ARBON vous invite à découvrir sur ce blog les fils qui relient ses chansons, sa vie, son travail d’auteur-compositeur, ses inspirations, ses humeurs, l’air du temps et la vie comme elle va… 
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 07:09

ane-lisant-fiac.jpg

C'était l'une des oeuvres les plus caustiques présentées à la FIAC cette année. Un âne empaillé, juché sur un tas de livres, et tenant, (pour le lire ?), un ouvrage ouvert entre ses sabots.

Combien sommes-nous, qui ressemblons à cet âne ? Qui laissons filer entre nos pattes, nos doigts ou nos neurones, des mots parfois écrits avec du sang, ou des fleuves de sueur, et qui, le moment de lecture passé, les rangeons bien tranquilles, avant d'attraper le volume suivant, travaillés par un immense oubli ?

D'ailleurs moi-même, cette installation je l'ai vue, mais je n'ai retenu ni son titre, ni le nom de l'artiste. Cela devait pourtant être écrit quelque part. Rien. Information évanouie, inexistante. Je l'ai broutée, je l'ai évacuée aussitôt.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Clo 14/12/2011 21:36

L'ombre portée de l’âne errant dans le labyrinthe de la connaissance
Perché sur la colline des vanités et « travaillé par un immense oubli »
L’âne sourit avec philosophie car lui, il sait qu’il ne sais rien
La vérité et le mensonge, le savoir et le non savoir
La connaissance et l’ignorance, l’ordre et le désordre
Qui se moque de l’âne trouve la poutre et non la paille !

muriel 02/12/2011 11:38

Il reste l'essentiel, c'est que tu as été marqué par cette œuvre et qu'Internet peut pailler en quelques secondes la lacune de ta mémoire* (je suis sûre que tu l'as fait !), en nous donnant le nom
de l'artiste - la Sévillane Alabarracin Pilar -, le titre de son installation - Asnería, 2010 - et nous offre la possibilité de nous inviter sur le site de celle-ci !
http://www.pilaralbarracin.com

Asneria y est d'autant plus saisissante, que sur les photos du site, une lumière latérale éclaire l'âne vu de 3/4, détaillant un oeil pédantement plissé, une bouche ouverte qui semble ânonner le
texte, et le présente surmonté de sa terrible ombre goyesque.
Merci (en particulier pour ceux qui n'ont pas pu aller à la Fiac) de nous avoir mis en exergue cette œuvre et ce qu'elle nous signifie.

*Hélas, nous ne savons comment accéder à nos "boîtes noires", car n'existent-elles pas ? ("Ce devait bien être écrit quelque part", écris-tu toi-même, mais ta conscience ne l'a pas retenu… :)

arbon 03/12/2011 19:02



C'est génial que tu aies retrouvé cette Pilar Albarracin et son ânerie... Cela me soulage de mettre un nom et un titre sur cette installation. Et puis tu m'a permis d'aller découvrir son travail
sur son site, où j'ai revu une photo (une femme de profil qui suce -ou crache- une patte de biche) qui m'avait frappée quand je
l'avais vue (à la FIAC aussi me semble-t-il, il y a deux ou trois ans), et dont j'ignorais qu'elle était également l'auteur...