Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PROCHAINS SPECTACLES

Arbon

arbon #1809 DEF DSC09796 ld

Le 9 mai à 21h00
Le café parisien
21210 SAULIEU
Réservations cafeparisien@wanadoo.fr
www.cafeparisien.net

Le 18 mai à 21h00
Acropolis Hill
7 rue Mousson ATHENES (Grèce)

Le 29 mai à 20h00
Quinze ans du Diable Vauvert
Rockstore
20 rue de Verdun 34000 MONTPELLIER

Le 6 juin à 20h30
Le caveau
42 grand'rue 57050 LORRY-LES-METZ
http://lecaveau.com.over-blog.com/

Le 16 juin à 20h30
New Morning
7-9 rue des petites écuries 75010 PARIS
www.newmorning.com

Le 8 août à 18h00
Festival Chansons et Mots d'Amou
Arènes 40330 AMOU
www.chansonsetmotsdamou.fr

contact : production@plasetpartners.com

La Fontaine / Brassens

Affiche-lafontaine-brassens 4faces carré

le 12 août à 21h30
83320 CARQUEIRANNE

le 11 septembre à 21h00
Festival Eclats
La Halle 26220 DIEULEFIT

Contact Diffusion : Jean-Luc Grandrie
SEA ART
86 rue de l'Ecole 77720 BREAU
Tel : 01.64.38.70.91 Port : 06.31.16.31.78
E-mail : seaart@wanadoo.fr / jl.grandrie@gmail.com

https://www.facebook.com/lafontainebrassens

Rechercher

Les albums

COVER IPAP arbonCD

 

arbon #1809 DEF DSC09796 ld Arbon cover light

« Les chansons d'Arbon sont intelligentes, fines, légères, secrètes, un peu comme la musique de Couperin, un peu comme du La Fontaine, un peu comme la poésie de Brassens. Et renouer avec cette tradition, avec une légèreté et une fraîcheur contemporaines, est d'une certaine manière un chef d'oeuvre. » (Michel Serres, de l'Académie française)

Archives

Avant de traverser les nuages

undefined

Depuis janvier 2008, ARBON vous invite à découvrir sur ce blog les fils qui relient ses chansons, sa vie, son travail d’auteur-compositeur, ses inspirations, ses humeurs, l’air du temps et la vie comme elle va… 
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 07:06

volutes-numeriques.jpg

Il y a deux ans, Régis Debray prononçait au Japon, sous le titre "Eloge des frontières", une fort intéressante conférence, dont le texte est paru par la suite chez Gallimard. L'idée principale en est que l'on sort du chaos en triant, en séparant, en distinguant, en mettant de l'ordre, c'est-à-dire en traçant des lignes : des frontières. Et qu'à rebours d'un très long processus historique, notre époque est devenue indécente parce qu'elle oublie les frontières. Debray dit : « Il n'y a plus de limites à, parce qu'il n'y a plus de limites entre. (...) L'air du temps a cessé de discerner entre les classes, entre les sexes, entre l'oeuvre et le produit, entre l'info et la com', le fric et le chic, la scène et la salle, la chose et son annonce ».

C'est une idée très forte et très séduisante : pour que le monde soit pratiquable, il faut classer, organiser, établir des distinctions. Sortir de la confusion, c'est définir une ligne dont on se trouve d'un côté ou de l'autre. On est soit ici, soit là, donc on est soit ceci, soit cela. Principe du tiers exclu. Et pour ne parler que du spectacle, il est vrai que rien ne m'exaspère autant que de voir l'intérêt du public aujourd'hui se porter davantage sur ce qui se passe en coulisses que sur ce qui se passe sur scène, sur la préparation plutôt que sur la performance, sur le making off plutôt que sur l'oeuvre, sur les dessous de l'art plutôt que sur l'art lui-même. Les frontières ont disparu. Ou plus exactement, on ne sait plus très bien où les tracer.

Mais l'idée est-elle juste ? Je n'en suis pas certain. Je crains qu'elle ne soit, en fait, périmée. Toute l'histoire de la science moderne a consisté à remettre en question des catégories qui ne tenaient pas le coup face à l'évolution des concepts et des outils (équivalence de la masse et de l'énergie, nature à la fois ondulatoire et corpusculaire de la lumière, théorie de la relativité, physique quantique dans son ensemble : tout a brouillé les lignes sur lesquels s'appuyait la vision traditionnelle du monde). Pour revenir au spectacle, il s'est naturellement déplacé avec l'évolution des techniques qui lui sont associées. Tant que le théâtre était le modèle dominant, le spectateur était dans un lieu, qui déterminait ce qu'il voyait (la scène) et ce qu'il ne voyait pas. Avec l'avènement des écrans, le spectacle - c'est-à-dire étymologiquement ce que l'on regarde - devient ce qui se trouve face à une caméra. La caméra, de nos jours, non seulement s'insinue en coulisse, mais (avec les webcams) partout. Tout devient donc spectacle. Ce n'est pas consécutif à un relâchement des valeurs, c'est dû au changement de repère, au déplacement topologique impliqué par la technologie.

Partager cet article

Repost 0

commentaires