Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PROCHAINS SPECTACLES

Arbon

arbon #1809 DEF DSC09796 ld

Le 9 mai à 21h00
Le café parisien
21210 SAULIEU
Réservations cafeparisien@wanadoo.fr
www.cafeparisien.net

Le 18 mai à 21h00
Acropolis Hill
7 rue Mousson ATHENES (Grèce)

Le 29 mai à 20h00
Quinze ans du Diable Vauvert
Rockstore
20 rue de Verdun 34000 MONTPELLIER

Le 6 juin à 20h30
Le caveau
42 grand'rue 57050 LORRY-LES-METZ
http://lecaveau.com.over-blog.com/

Le 16 juin à 20h30
New Morning
7-9 rue des petites écuries 75010 PARIS
www.newmorning.com

Le 8 août à 18h00
Festival Chansons et Mots d'Amou
Arènes 40330 AMOU
www.chansonsetmotsdamou.fr

contact : production@plasetpartners.com

La Fontaine / Brassens

Affiche-lafontaine-brassens 4faces carré

le 12 août à 21h30
83320 CARQUEIRANNE

le 11 septembre à 21h00
Festival Eclats
La Halle 26220 DIEULEFIT

Contact Diffusion : Jean-Luc Grandrie
SEA ART
86 rue de l'Ecole 77720 BREAU
Tel : 01.64.38.70.91 Port : 06.31.16.31.78
E-mail : seaart@wanadoo.fr / jl.grandrie@gmail.com

https://www.facebook.com/lafontainebrassens

Rechercher

Les albums

COVER IPAP arbonCD

 

arbon #1809 DEF DSC09796 ld Arbon cover light

« Les chansons d'Arbon sont intelligentes, fines, légères, secrètes, un peu comme la musique de Couperin, un peu comme du La Fontaine, un peu comme la poésie de Brassens. Et renouer avec cette tradition, avec une légèreté et une fraîcheur contemporaines, est d'une certaine manière un chef d'oeuvre. » (Michel Serres, de l'Académie française)

Archives

Avant de traverser les nuages

undefined

Depuis janvier 2008, ARBON vous invite à découvrir sur ce blog les fils qui relient ses chansons, sa vie, son travail d’auteur-compositeur, ses inspirations, ses humeurs, l’air du temps et la vie comme elle va… 
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 06:15

On trouve dans le catalogue de l'exposition consacrée à Pierre Seghers la transcription d'un document étrange : une lettre du Ministère de l'Information de l'Etat français adressée à Pierre Seghers en 1942, alors que ce dernier avait depuis trois ans entrepris de publier une revue de poésie.

Monsieur le Directeur,

La Censure Centrale (Ministère de l'Information) n'a pas été sans remarquer depuis longtemps que des revues à caractère strictement littéraire publient, de temps à autre, des poèmes, des contes, des analyses critiques où, ici et là, on peut trouver des allusions transparentes aux événements politiques actuels.

Ces allusions, pour habiles qu'elles soient, si elles échappent aux censeurs locaux, n'en sont pas moins notées à Vichy.

J'ai toujours eu le souci d'éviter en ce domaine des sanctions administratives analogues à celles prises quelquefois à l'égard des journaux quotidiens ou des grands hebdomadaires. Toutefois, ces clins d'oeil complices au lecteur averti tendant à se multiplier, je me vois dans l'obligation d'en limiter l'abus.

C'est pourquoi je viens de suspendre pour deux mois la revue mensuelle "Confluences" qui, dans son n°12, a publié un poème de M Aragon dont quelques vers relèvent de la tendance que je viens d'évoquer. J'ai pris cette sanction à regret, mais, pour des raisons fort simples à entendre, je l'appliquerai à d'autres revues chaque fois que leurs collaborateurs emploieront la méthode dénoncée.

Je vous serais donc reconnaissant, Monsieur le Directeur, pour m'éviter de frapper les publications que leur nature semble mettre à l'abri d'un contrôle politique, de bien vouloir tenir compte de l'avertissement courtois que je me permets de vous donner.

censure

Ton doucereux, regrets hypocrites, bienveillance factice, urbanité menaçante... On imagine que le haut fonctionnaire qui a rédigé cette lettre en a peaufiné longuement les termes et les tournures, et qu'au moment de la signer, en la relisant, satisfait des qualités de sa plume, il n'a pu s'empêcher de se sentir, sincèrement, content de lui.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jacques Langlois 25/10/2011 09:55


Peut-être ce prosateur inconnu espérait-il être édité plus tard par Seghers? Il n'avait pas compris que celui-ci n'aimait que les vers libres...