Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PROCHAINS SPECTACLES

Arbon

arbon #1809 DEF DSC09796 ld

Le 9 mai à 21h00
Le café parisien
21210 SAULIEU
Réservations cafeparisien@wanadoo.fr
www.cafeparisien.net

Le 18 mai à 21h00
Acropolis Hill
7 rue Mousson ATHENES (Grèce)

Le 29 mai à 20h00
Quinze ans du Diable Vauvert
Rockstore
20 rue de Verdun 34000 MONTPELLIER

Le 6 juin à 20h30
Le caveau
42 grand'rue 57050 LORRY-LES-METZ
http://lecaveau.com.over-blog.com/

Le 16 juin à 20h30
New Morning
7-9 rue des petites écuries 75010 PARIS
www.newmorning.com

Le 8 août à 18h00
Festival Chansons et Mots d'Amou
Arènes 40330 AMOU
www.chansonsetmotsdamou.fr

contact : production@plasetpartners.com

La Fontaine / Brassens

Affiche-lafontaine-brassens 4faces carré

le 12 août à 21h30
83320 CARQUEIRANNE

le 11 septembre à 21h00
Festival Eclats
La Halle 26220 DIEULEFIT

Contact Diffusion : Jean-Luc Grandrie
SEA ART
86 rue de l'Ecole 77720 BREAU
Tel : 01.64.38.70.91 Port : 06.31.16.31.78
E-mail : seaart@wanadoo.fr / jl.grandrie@gmail.com

https://www.facebook.com/lafontainebrassens

Rechercher

Les albums

COVER IPAP arbonCD

 

arbon #1809 DEF DSC09796 ld Arbon cover light

« Les chansons d'Arbon sont intelligentes, fines, légères, secrètes, un peu comme la musique de Couperin, un peu comme du La Fontaine, un peu comme la poésie de Brassens. Et renouer avec cette tradition, avec une légèreté et une fraîcheur contemporaines, est d'une certaine manière un chef d'oeuvre. » (Michel Serres, de l'Académie française)

Archives

Avant de traverser les nuages

undefined

Depuis janvier 2008, ARBON vous invite à découvrir sur ce blog les fils qui relient ses chansons, sa vie, son travail d’auteur-compositeur, ses inspirations, ses humeurs, l’air du temps et la vie comme elle va… 
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 07:03

Encore une scène de métro. Je suis assis dans une rame de la ligne 14, les jambes croisées devant moi, absorbé dans ma lecture, lorsque je reçois un coup sur le pied. Je lève la tête. Une jeune aveugle avec sa canne s'assied en face de moi. Je voudrais m'excuser d'avoir laissé mes jambes dans le passage. « Pardon, je ne vous avais pas vue », sont les mots qui me viennent aux lèvres. Je m'abstiens de les prononcer. 

Elle reçoit un appel sur son téléphone. Son interlocuteur s'inquiète, elle est en retard. Elle lui dit qu'elle a eu une matinée horrible, mais qu'elle est presque arrivée, plus qu'une station. Bibliothèque François Mitterrand. Elle se lève. C'est là aussi que je descends. Sur la ligne 14, la sortie du métro se fait tantôt à droite tantôt à gauche. Elle se dirige du mauvais côté. Je lui signale son erreur, nous descendons sur le quai. – Merci. Pouvez-vous m'indiquer la sortie Avenue de France, s'il vous plait ? – Ici sur la gauche, lui dis-je; je vais vous guider. Nous faisons quelques pas. – Nous allons prendre l'escalator. Elle s'y engage vivement. – On peut monter ? Elle est pressée, elle veut monter les marches, pas simplement se laisser porter par elles. Je jette un coup d'oeil. Les personnes devant nous se tiennent bien sur le côté. – Oui. Et la voilà qui file devant moi, canne blanche en avant.

La station est profonde, la montée est longue. Arrivés en haut de ce premier escalator, je lui dis de prendre mon bras. Nous traversons un vaste hall, montons un escalier d'une vingtaine de marches, passons les guichets de contrôle, empruntons un deuxième escalator très long (on peut monter ? – Oui), puis un troisième. Nous sortons sous le ciel froid et gris. Elle met ses lunettes noires. – Savez-vous où vous allez ? – En face, de l'autre côté de l'avenue. Voulez-vous me faire traverser ? – Bien sûr.

Je la laisse sur le large trottoir. Je la regarde s'éloigner, canne en avant, d'un pas vif. Je me retourne. Je ne sais pas où je suis. Avenue de France n'est pas la sortie que j'aurais dû prendre. Je connais très mal ce quartier, qui est toujours en travaux et se transforme tout le temps.

Pendant quelques secondes, je suis perdu. 

avenue-de-france.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Charles Chester 04/03/2013 09:00

habitué du quartier (pour la boutique au MK2 vendant des produits d'outre-Atlantique et le photomaton Harcourt, hors de prix, entre autres...) je serais heureux d'être votre bras la prochaine fois
que vous vous y perdez, volontairement ou non. Bizarrement, eu égard à mon jeune âge sans doute, j'ai assisté à la "construction" de ce quartier, et je dois dire qu'il est agréable de pouvoir se
prêter au jeu des sept différences toutes les semaines, pendant que plus loin, d'autres pierres restent et demeurent.

arbon 05/03/2013 09:39



Merci Charles ! J'accepte.