Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PROCHAINS SPECTACLES

Arbon

arbon #1809 DEF DSC09796 ld

Le 9 mai à 21h00
Le café parisien
21210 SAULIEU
Réservations cafeparisien@wanadoo.fr
www.cafeparisien.net

Le 18 mai à 21h00
Acropolis Hill
7 rue Mousson ATHENES (Grèce)

Le 29 mai à 20h00
Quinze ans du Diable Vauvert
Rockstore
20 rue de Verdun 34000 MONTPELLIER

Le 6 juin à 20h30
Le caveau
42 grand'rue 57050 LORRY-LES-METZ
http://lecaveau.com.over-blog.com/

Le 16 juin à 20h30
New Morning
7-9 rue des petites écuries 75010 PARIS
www.newmorning.com

Le 8 août à 18h00
Festival Chansons et Mots d'Amou
Arènes 40330 AMOU
www.chansonsetmotsdamou.fr

contact : production@plasetpartners.com

La Fontaine / Brassens

Affiche-lafontaine-brassens 4faces carré

le 12 août à 21h30
83320 CARQUEIRANNE

le 11 septembre à 21h00
Festival Eclats
La Halle 26220 DIEULEFIT

Contact Diffusion : Jean-Luc Grandrie
SEA ART
86 rue de l'Ecole 77720 BREAU
Tel : 01.64.38.70.91 Port : 06.31.16.31.78
E-mail : seaart@wanadoo.fr / jl.grandrie@gmail.com

https://www.facebook.com/lafontainebrassens

Rechercher

Les albums

COVER IPAP arbonCD

 

arbon #1809 DEF DSC09796 ld Arbon cover light

« Les chansons d'Arbon sont intelligentes, fines, légères, secrètes, un peu comme la musique de Couperin, un peu comme du La Fontaine, un peu comme la poésie de Brassens. Et renouer avec cette tradition, avec une légèreté et une fraîcheur contemporaines, est d'une certaine manière un chef d'oeuvre. » (Michel Serres, de l'Académie française)

Archives

Avant de traverser les nuages

undefined

Depuis janvier 2008, ARBON vous invite à découvrir sur ce blog les fils qui relient ses chansons, sa vie, son travail d’auteur-compositeur, ses inspirations, ses humeurs, l’air du temps et la vie comme elle va… 
24 avril 2008 4 24 /04 /avril /2008 06:54

Le Phèdre de Platon est un dialogue varié dans son fond comme dans sa forme. On y parle de l'amour, de la parole, de l'écriture, de la mort, de la campagne. C'est une vraie discussion entre deux amis, un jour d'été, à l'ombre d'un grand arbre, les pieds dans l'eau.



A un moment, la conversation semble se terminer. Socrate a avancé un argument auquel son ami s’est rendu. Il se lève, franchit le ruisseau au bord duquel il était assis. Mais il s’arrête, confronté à un cas de conscience. Ce qu’il vient de dire le trouble. Il sait qu'il a été habile sur le plan rhétorique, mais pas tout-à-fait honnête sur le plan intellectuel. Il déclare :

J'étais tout décontenancé par crainte, comme dit Ibycos, « que la faute commise à l'égard des dieux ne me vaille en retour de l'honneur chez les hommes ».

Il me semble qu’un tel cas de conscience n’arrêterait plus grand monde aujourd’hui. Et surtout pas notre Président, dont j’ai lu qu’il avait déclaré pendant la dernière campagne électorale qu’il ne connaissait rien de plus idiot que le « connais-toi toi-même » dont Socrate faisait sa règle de vie.

Si c'est vrai, c'est vertigineux.

Partager cet article

Repost 0

commentaires