Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PROCHAINS SPECTACLES

Arbon

arbon #1809 DEF DSC09796 ld

Le 9 mai à 21h00
Le café parisien
21210 SAULIEU
Réservations cafeparisien@wanadoo.fr
www.cafeparisien.net

Le 18 mai à 21h00
Acropolis Hill
7 rue Mousson ATHENES (Grèce)

Le 29 mai à 20h00
Quinze ans du Diable Vauvert
Rockstore
20 rue de Verdun 34000 MONTPELLIER

Le 6 juin à 20h30
Le caveau
42 grand'rue 57050 LORRY-LES-METZ
http://lecaveau.com.over-blog.com/

Le 16 juin à 20h30
New Morning
7-9 rue des petites écuries 75010 PARIS
www.newmorning.com

Le 8 août à 18h00
Festival Chansons et Mots d'Amou
Arènes 40330 AMOU
www.chansonsetmotsdamou.fr

contact : production@plasetpartners.com

La Fontaine / Brassens

Affiche-lafontaine-brassens 4faces carré

le 12 août à 21h30
83320 CARQUEIRANNE

le 11 septembre à 21h00
Festival Eclats
La Halle 26220 DIEULEFIT

Contact Diffusion : Jean-Luc Grandrie
SEA ART
86 rue de l'Ecole 77720 BREAU
Tel : 01.64.38.70.91 Port : 06.31.16.31.78
E-mail : seaart@wanadoo.fr / jl.grandrie@gmail.com

https://www.facebook.com/lafontainebrassens

Rechercher

Les albums

COVER IPAP arbonCD

 

arbon #1809 DEF DSC09796 ld Arbon cover light

« Les chansons d'Arbon sont intelligentes, fines, légères, secrètes, un peu comme la musique de Couperin, un peu comme du La Fontaine, un peu comme la poésie de Brassens. Et renouer avec cette tradition, avec une légèreté et une fraîcheur contemporaines, est d'une certaine manière un chef d'oeuvre. » (Michel Serres, de l'Académie française)

Archives

Avant de traverser les nuages

undefined

Depuis janvier 2008, ARBON vous invite à découvrir sur ce blog les fils qui relient ses chansons, sa vie, son travail d’auteur-compositeur, ses inspirations, ses humeurs, l’air du temps et la vie comme elle va… 
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 07:09

On peut voir au musée de Dresde une annonciation de Francesco del Cossa, au premier plan de laquelle le peintre a figuré, sur le bord inférieur du tableau, un escargot. Cet escargot n'a, a priori, rien à faire dans une scène de ce genre. Il constitue une énigme pour les historiens de l'art qui ont, au fil du temps, multiplié les conjectures afin de fournir une explication à sa présence. Et Daniel Arasse, l'un des plus subtils d'entre eux, lui a consacré à la fin du siècle dernier une étude entière que je viens de lire*.

Parmi toutes les interprétations qu'il propose, voici celle qui me plait le mieux. On croyait autrefois que Dieu avait créé l'homme et la femme en des temps reculés, mais pas si anciens que cela : d'après les spécialistes de la Bible, il y a 6000 ans environ. A peine créés, Adam et Eve tombèrent comme on sait dans le péché et furent chassés du paradis. Jésus arrive quatre mille ans plus tard. Quid du sort de tous ceux qui ont vécu et sont morts entre temps, marqués de la faute originelle de leurs ancêtres ? Si Dieu savait de toute éternité qu'il enverrait son fils pour racheter les péchés du monde, pourquoi a-t-Il attendu si longtemps avant de rouvrir le chemin du ciel ? Ses raisons resteront sans doute à jamais impénétrables, mais on peut néanmoins constater qu'en l'espèce, Il a agi avec la lenteur d'un escargot.

Ce serait donc cette lenteur de Dieu que Francesco del Cossa aurait peinte, non sans facétie, sous la forme d'un gastéropode : la hâte lente de Dieu, ou pour le dire autrement, le fait que nous ne vivons pas dans la même échelle de temps que Lui.

J'aime aussi une autre hypothèse, non exclusive de la précédente : comme les escargots sortent en nombre après la pluie, on pensait au Moyen-Age qu'ils étaient engendrés par la rencontre de l'eau du ciel avec la terre, ce qui en faisait quasiment des créatures nées du divin. En mettant l'un d'eux aux pieds de la Vierge au moment où elle entend l'ange lui annoncer ce que le Saint Esprit va opérer dans ses entrailles, Cossa indique une sorte d'équivalent familier à l'immaculée conception. Il ne dissipe pas le mystère d'un Dieu qui se fait homme, mais il en atténue le caractère invraisemblable en signifiant que les escargots viennent au monde à peu près de la même façon.

* Le regard de l'escargot, in On n'y voit rien (Ed Folio)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nathalie B. 12/05/2015 20:34

Cela n'a pas de rapport direct, ni avec le tableau, ni avec les propos de D.Arasse, mais en parlant d'escargots, il est plaisant de songer au blason du jardinier le Nôtre, composé de "trois limaçons couronnés d'une feuille de chou" ! Amitiés NB